Judo est un mot japonais composé des syllabes ju et do.
                             - ju signifie la souplesse, la non-résistance, la douceur
                             - do signifie le chemin, la voie
Le judo est donc une voie, un chemin vers une vie équilibrée. Ce but s’atteint par une méthode
d’éducation physique et mentale basée sur une discipline de combat à mains nues.


Les origines du judo

 La lutte a été pratiquée de tous temps et dans tous pays. Il ne s’agissait pas alors de sport,
mais c’était simplement le moyen de s’imposer aux autres par la force, de vaincre un ennemi.
Chaque peuplade possédait sa méthode de combat.
Ainsi, dans le Japon du Moyen-Age, chaque catégorie de guerriers avait perfectionné sa technique
et ses armes de combat.  Les cavaliers étaient excellents dans le combat à la lance et
au long sabre, les fantassins (= soldats à pieds) étaient redoutables à l’escrime et au sabre court
et les manants ( = paysans) au maniement du bâton.

En matière de combat à mains nues, l’apport de la culture chinoise fut considérable.
Les sages chinois considéraient l’univers comme une union harmonieuse de deux forces
contraires, le yin (= la souplesse, la douceur, le négatif, la défense...) et le yang (= la
résistance, la force,le positif, l’attaque,...)
Peu à peu naquit une technique de combat appelée ju-jitsu. Basée sur la ruse et l’habileté plutôt
que sur la force face à un adversaire puissant ou armé, le ju-jitsu s’imposa dans tout le Japon.


Le développement du judo

Jigoro Kano, né en 1863 au Japon, est le fondateur du judo tel qu’on le connaît aujourd’hui.
Il fréquenta l’université impériale de Tokyo où il apprit le ju-jitsu.
Mais le ju-jitsu était avant tout une technique guerrière et Jigoro Kano recherchait dans la
pratique de cette discipline un système d’éducation physique et de formation du caractère.

Jigoro Kano créa un art nouveau, gardant quelques prises de ju-jitsu, abandonnant les plus
dangereuses. Il perfectionna  la manière de tomber (principe des brise-chutes) et inventa un
vêtement d’entraînement spécial (le judogi).  Le judo était né.

Une fois ses études terminées, Jigoro Kano fonda sa propre école : le Kodokan.  De nombreux
élèves vinrent y pratiquer le judo. Le dojo (salle d’étude) s’agrandit... Des écoles de judo
s’ouvrirent dans différentes villes du Japon.
    
Parallèlement, Jigoro Kano travailla pour l’éducation nationale du Japon et devint en
1909 le premier Japonais membre du Comité International Olympique. Par cette fonction,
il contribua à faire connaître et apprécier le judo à travers le monde. C’est la raison pour
laquelle le judo a eu un essor plus grand que d’autres arts martiaux.
En 1964, le judo est devenu une discipline olympique et depuis, son nombre d’adeptes n’a
cessé d’augmenter, jusqu’à atteindre plus de dix millions de judokas dans le monde, dont
400.000 ceintures noires...